dans

13 tribus africaines à découvrir, entre traditions et cultures

Et même si la scission entre les tribus s’est atténuée au fil des ans, les affiliations tribales demeurent une source de fierté prédominante chez les autochtones. Dans cet esprit, examinons brièvement les 10 tribus les plus populaires d’Afrique:

1. Zoulous : Tribus de l’illustre chef « Shaka Zulu »

Les Zoulous sont sans équivoque la tribu la plus populaire d’Afrique, et ce pour plusieurs bonnes raisons. Nous avons d’abord le Shakaland, reconnu dans le monde entier comme le lieu de naissance du chef légendaire, Shaka Zulu. Deuxièmement, il est également reconnu que les Zoulous constituent le groupe ethnique le plus important d’Afrique du Sud, avec une population estimée à 11 millions d’habitants.

2. Maasai : connus pour leurs grandes tailles

Les Maasaï sont la deuxième tribu africaine la plus populaire après les Zoulous, principalement en raison de leurs traditions et de leur culture profondément enracinées . Même lorsqu’une grande majorité des tribus africaines adoptent un style de vie moderne, les Maasais vivent toujours à Bomas et se déplacent de façon nomade avec de grands troupeaux de bovins pour gagner leur vie. Ils se nourrissent principalement de viande, boivent du sang brut et peuvent être vus n’importe où en Afrique orientale, notamment au Kenya, avec des shukas et des bijoux de perles exceptionnels.

3. San Bushmen :

Si vous pensiez que tout était dans “Les dieux doivent être fous”, le film a tout été joué, attendez jusqu’à ce que vous observiez la vie quotidienne des Bushmen de San. Pour commencer, il s’agit de la tribu composée de personnes qui ont habité l’Ouest du Botswana et les casseroles de Makgadikgadi pendant des siècles. C’est-à-dire qu’ils ont littéralement survécu dans une région aride, où aucune goutte d’eau ne peut être repérée. Et ils dépendent non seulement de l’installation de pièges à animaux, mais aussi de tubercules et de racines. Vêtus de pagnes, les membres de la tribu balancent des arcs et des flèches sur les épaules pour ouvrir la voie et confectionner du tabac à partir des excréments de zèbres.

4. Yoruba : Aux célèbres masques

Les Yorouba constituent indéniablement le groupe ethnique le plus important d’Afrique, avec une population estimée à environ 35 millions de personnes au total. Ils occupent principalement les régions sud-ouest du Nigéria, ainsi que le sud du Bénin, la majorité d’entre eux venant du Nigéria.

5. Xhosa : Les rituels avant tout

Dans toute la province d’Afrique du Sud, dans l’est de la province du Cap, vous rencontrerez probablement des millions de personnes qui parlent avec un son de clic littéral, le peuple Xhosa. En fait, Xhosa a un certain nombre de sous-tribus qui l’encapsulent: Mpondo, Xesibe, Mpondomise, Thembu, Bhaca et Mfengu, Mpondo étant le plus populaire d’entre eux.

6. Hausa

Les Hausa sont l’un des groupes ethniques les plus importants d’Afrique, ainsi que le plus important d’Afrique de l’Ouest. En fait, il ne s’agit pas uniquement d’un groupe ethnique africain sur le plan racial, mais d’une culture homogène, encerclant la population soudanaise et sahélienne du sud-est du Niger et du nord du Nigéria, et un nombre important vivant au Tchad, au Togo, en Côte d ‘Ivoire, Soudan et Ghana. Ils ont un code vestimentaire restreint: des robes élaborées pour hommes avec des broderies remarquables autour du cou et des bonnets colorés communément appelés fula. Pour les femmes haoussa, il y a le wrapper abaya, qui consiste en un drapé coloré, un chemisier assorti, un châle et une cravate.

7. Himba : Le peuple rouge d’Afrique

La tribu Himba, qui se trouve dans le nord de la Namibie, dans la région de Kunene, est essentiellement composée de pasteurs semi-nomades comprenant environ 20 000 à 50 000 autochtones. Ils sont connus comme le «peuple rouge d’Afrique», car ils utilisent de la pâte rouge appelée otjize – un mélange de beurre et d’argile rouge – pour se peindre en rouge. Le feu sacré (Okuruwo) est également noté dans leur village. Il est gardé en vie pour représenter les ancêtres qui les aident à assurer la médiation avec leur Dieu, Mukuru.

8. Oromo : La tribut au tenues les plus originales

La tribu des Oromo est composée de personnes habitant le sud de l’Éthiopie, le nord du Kenya et certaines régions de la Somalie. Il est considéré comme le groupe ethnique le plus important en Éthiopie, représentant environ 35% de la population éthiopienne. Fondamentalement, les Oromo parlent la langue Oromo, qui est considérée comme une version couchitique du jargon afro-asiatique.

9. Kalenjin

Si vous êtes un grand amateur d’athlétisme, vous connaissez certainement un mot ou deux à propos de cette tribu africaine des hauts plateaux occidentaux du Kenya. À l’origine, les Kalenjins étaient appelés «tribu parlante Nandi» jusqu’au début des années 1950, date à laquelle ils ont officiellement adopté le nom Kalenjin. Depuis lors, la tribu a toujours donné naissance à des coureurs d’élite du marathon, ce qui en fait l’une des tribus les plus populaires au monde en matière d’athlétisme.

10. Chaga

La tribu Chaga de Tanzanie est en train de clore la liste. Traditionnellement, cette tribu habite les pentes orientales des monts Meru et Kilimanjaro et se concentre principalement autour de Moshi en Tanzanie. En Tanzanie, ils sont considérés comme la première tribu à embrasser le christianisme à l’époque coloniale, ce qui leur a permis de disposer d’un meilleur accès aux soins de santé et à l’éducation de pointe en Tanzanie.

11. Mursis : Le peuple avec les femmes à plateau aux lèvres

Les Mursis sont des habitants semi-nomades du sud de l’Éthiopie, vivant à la périphérie ouest du Parc national de Mago, en bordure de la rivière Omo. Ils forment un des derniers peuples d’Afrique dont les femmes portent des ornements labiaux (labret) et auriculaires en forme de disques plats, d’où leur nom de « femmes à plateau ».

 

12. Ndébélés : La tribut au femme au long cou

Les Ndébélés sont originaires de la région du kwaZulu-Natal. En 1600, une tribu Nguni, dirigée par le chef Musi, immigra dans la région de la future Pretoria fondant alors la nation des « Ndebele Ndzundza » (appelés également Ndébélés du Transvaal).

Contrairement aux femmes à plateaux qui sont enlaidies volontairement, la femme girafe subit cette transformation pour s’embellir et aussi pour se protéger des morsures des tigres qui attaquent leur victime au cou.

On dit aussi qu’en cas d’adultère, l’homme outragé retirerait la parure, et le coup, sans soutien, s’effondrerait, tuant la coupable !

13. Les mélanésiens : Le peuple de noirs aux yeux bleus

La blondeur des cheveux est assez rare chez les humains et est trouvée uniquement, à quelques exceptions près, aux fréquences les plus élevées dans les populations caucasiennes d’origine européenne et… en Océanie. Des chercheurs de l’université de Stanford, en Californie, se sont intéressés aux habitants de l’archipel des îles Salomon où les blonds à peau foncée sont très nombreux.

A lire aussi : Les femmes guerrières Dahomey

Qu'en penses-tu?

commentaires

Laisser un commentaire

Chargement…

0

4 domaines dans lesquels les entreprises modernes devraient se réinventer

Le vin sud-africain connaît un succès malgré une année difficile