Kenya : les pâturages de la rivière Tana sont désormais remplis de carcasses causées par la sécheresse

Kenya : les pâturages de la rivière Tana sont désormais remplis de carcasses causées par la sécheresse 1

Plus de 1 000 têtes de bétail sont mortes dans le comté de Tana River alors que la sécheresse ravage le comté.

Ce qui était autrefois des pâturages verts remplis d’herbe et de fourrage est maintenant un lit de carcasses alors que les résidents comptent les pertes chaque jour.

Les villages sont remplis d’odeurs étouffantes alors que les habitants sont au bord de la famine imminente en raison du manque de nourriture et d’eau.

Selon les habitants de Wayu Boru, le nombre de bêtes mortes pourrait être plus élevé car certains des bergers sont rentrés chez eux les mains vides après les 390 kilomètres de marche de Waldena à Lamu à la recherche de pâturage.

« Nous avions marché plus de 40 kilomètres jusqu’au réservoir d’eau le plus proche. A quelques kilomètres du point d’eau, les vaches se sont fatiguées du soleil brûlant et ont commencé à tomber, nous avons dû les transporter jusqu’à la source d’eau », explique Ismail Kushushu.

M. Kushushu a perdu 15 vaches et chaque jour, il observe la détérioration de la santé des 20 autres. .

Le wat heu les marmites qui se trouvaient à seulement un kilomètre du village se sont asséchées et sont maintenant remplies de carcasses de bétail et d’animaux sauvages qui en dépendaient.

Pour les veaux pour survivre, les habitants doivent faire un effort supplémentaire, ce qui coûte cher.

« Les mères ne peuvent pas produire de lait, donc nous devons acheter du lait UHT pour les veaux qui se vendent ici à 70 sh le paquet et qui sont à peine disponibles », explique Abdi Golo.

Leurs efforts pour creuser des puits ne donnent pas ce qu’ils espéraient car, comme tout ce qu’ils reçoivent, c’est de l’eau salée.

Inscrivez-vous gratuitement aux newsletters AllAfrica

Recevez les dernières actualités africaines directement dans votre boîte de réception

Ne pas intervenir

Dans le Si un fournisseur d’eau privé se présente avec un abreuvoir, chaque famille n’est autorisée à aller chercher que 40 litres d’eau à 25 Sh le litre.

Les plus touchés sont les enfants et les écoles locales où les enseignants ont dirigé à Hola Town pour survivre à la sécheresse.

« Cette école n’a aucune importance pour le moment, nos enfants souffrent de la faim, les enseignants ont tout aussi soif et sont presque affamés, il fermera bientôt », a déclaré Amina Abarea, une résidente.

Selon le coordinateur de la Croix-Rouge du Kenya, Gerald Bombe, la situation s’aggrave car les quelques bacs à eau restants contiennent de l’eau toxique qui est impropre à la consommation humaine.

M. Bombe note que les sept puits peu profonds restants sont tout salé donc nocif pour la consommation humaine.

Il a averti que des vies humaines seraient perdues si le gouvernement et les sympathisants n’intervenaient pas immédiatement.

« Il y a encore plus de 800 têtes de bétail dans ces régions et ils n’ont pas la force de se rendre dans le delta de Tana. Ils seront morts d’ici la fin du mois si quelque chose n’est pas fait », dit-il.

Le coordinateur de la Croix-Rouge note que plus de 7 000 personnes meurent de faim dans le sous-comté de la haute rivière Tana.

Il appelle également le gouvernement du comté à fournir des médicaments dans les centres de santé et à investir davantage dans les suppléments énergétiques pour les enfants qui font face à la malnutrition.

« C’est grave, n’attendons pas que les gens commencent à mourir pour commencer à réagir, agissons maintenant et agissons vite », dit-il.

Laisser un commentaire