dans

Les voitures kényanes passent aux moteurs électriques

 

Opibus, une société de démarrage au Kenya, remplace les moteurs à essence des véhicules par des moteurs électriques.

Ils retirent le moteur du système d’alimentation en carburant et le remplacent par un moteur électrique, ainsi qu’un bloc-batterie et l’électronique.

Ils évitent la construction inutile d’un nouveau châssis en utilisant des voitures déjà fabriquées.

«Le carburant est littéralement la marchandise la plus chère dans ce pays à l’heure actuelle. Cela continue de fluctuer et c’est juste une douleur pour tout propriétaire de voiture ou pour tout propriétaire de moto. Ainsi, nos véhicules sont électriques, ce qui signifie que vous économisez du carburant », explique Lucy Mugala, mécanicienne chez Opibus.

L’entreprise dispose d’une ligne de production capable de transformer un Toyota Landcruiser à moteur diesel en un véhicule totalement électrique.

Ils sont également dans les phases finales d’un ensemble de motos électriques.

Cela intervient alors que le gouvernement kényan fixe l’objectif de 5% de tous les véhicules immatriculés à être électriques d’ici 2025.

Des compagnies de taxi enthousiastes ont saisi l’opportunité de réduire les coûts et de maximiser les profits.

La chauffeuse de taxi Winnie Wekesa dit qu’elle a opté pour un véhicule électrique pour économiser sur le coût toujours croissant du carburant.

«Je pourrais gagner environ 3 000 shillings kényans, dont 80 pour cent de l’ argent pourraient être consacrés à l’entretien des voitures et au carburant. Mais avec ce véhicule électrique, je l’apprécie vraiment. Je gagne plus d’ argent » , dit-elle.

Wekesa, qui travaille pour la société finlandaise de taxi électrique Nopea Ride, fournit ses services dans toute la ville de Nairobi.

«Avec ces véhicules, ils n’émettent pas de fumées, et de cette façon nous protégerons l’environnement», dit-elle.

La demande de véhicules électriques devrait augmenter, alors que les consommateurs recherchent des moyens d’économiser de l’argent à la pompe.

Selon un rapport de Navigant Research, 3% des ventes de véhicules neufs sont électriques et devraient atteindre près de 7% en 2021 et atteindre 37 millions de véhicules électriques dans le monde d’ici 2025.

Les véhicules de safari sont également devenus électriques dans le parc national du Maasai Mara au Kenya.

Loic Amado, directeur du camp Emboo River, dit que cela améliore les expériences des touristes.

«Avec une voiture électrique, vous pouvez vous rapprocher beaucoup plus d’un animal. Il n’y a pas de son, il n’y a pas de pollution, il n’y a pas de mauvaise odeur à cause des fumées qui sortent d’une voiture diesel, par exemple, et vous ne surprenez pas les animaux . Vous n’êtes pas obligé d’éteindre et d’allumer le moteur comme c’est le cas avec un véhicule diesel », dit-il.

«Donc, c’est une expérience beaucoup plus riche pour les clients parce que maintenant, vous ne vous imposez pas à la nature, vous êtes immergé et fait partie de la nature.»

Qu'en penses-tu?

commentaires

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Le monument de la Renaissance africaine une des plus grandes statues du monde

Fally Ipupa: sa forturne, sa carrière et son style