in

Comment Vincent Bolloré a pris le contrôle du plus grand port du Ghana

 

Vincent Bolloré a été accusé de transactions louches et de transactions sournoises dans les processus menant au contrôle par sa société du plus grand port du Ghana, le port de Tema.

Dans un rapport spécial, la publication panafricaine African-Confidential a révélé comment la société de Bolloré, Bolloré Africa Logistics, avait obtenu le droit de construire et d’exploiter un terminal à conteneurs ultramoderne au port de Tema au Ghana. .

Le rapport décrit le nouveau port à conteneurs de Tema comme une «ligne de vie non seulement pour le Ghana mais aussi pour le Burkina Faso et le Mali sans littoral, grâce à leur coentreprise détenue à 70% avec le gouvernement ghanéen, Meridian Port Services (MPS)».

L’accord, qui a été signé sous l’administration du président ghanéen de l’époque John Mahama, a fait l’objet d’une enquête ministérielle après sa défaite en 2016 face au président Nana Akufo-Addo, qui a obtenu un deuxième mandat en décembre 2020.

Le rapport du comité ministériel a déclaré que le milliardaire français et ses partenaires avaient persuadé Mahama d’attribuer à MPS un nouveau contrat de terminal à conteneurs en secret, en violation des lois nationales sur les marchés publics.

Il a également déclaré que MPS avait surestimé son investissement prévu qui a remporté des exonérations fiscales d’une valeur de 832 millions de dollars du Parlement du Ghana et que l’accord a subrepticement réduit la participation du Ghana dans MPS à 15% après avoir d’abord accepté 30%.

Le rapport de la commission affirmait en outre que Bolloré et ses partenaires avaient persuadé le gouvernement de lui accorder le monopole de la manutention des conteneurs, «mettant en danger des milliers d’emplois dans d’autres entreprises portuaires et faisant grimper les prix, et fixant les tarifs».

Le rapport du comité a également montré comment Bolloré et ses partenaires ont réduit de 4,1 milliards de dollars les redevances payables au gouvernement pendant la durée de la concession.

À cette fin, le comité a conclu que l’accord n’était pas valable au profit du Ghana et a recommandé une renégociation que l’administration Akufo-Addo a ignorée.

«Les termes des accords entre le MPS et l’État sont tellement inclinés contre les intérêts du Ghana, a conclu le rapport, remis aux ministres en février 2018, qu’ils devraient être renégociés immédiatement. Pourtant, les contrats tant critiqués restent inchangés », a déclaré Africa Confidential.

Africa Confidential a en outre signalé que l’histoire de ces relations montre «de graves déficiences professionnelles éthiques», de sorte que «les engagements doivent être soigneusement et délibérément examinés».

Le bulletin a noté que le président Akufo-Addo a hérité de la situation lorsqu’il a remporté l’élection de 2016 et «  au lieu de blâmer le scandale sur son prédécesseur, il a choisi de laisser les contrats en l’état alors que les amis et les responsables de son Nouveau Parti patriotique (NPP)) prenez des messages avec MPS. »

Selon Africa Confidential, bien qu’Akufo-Addo ait affronté Mahama lors des élections générales de décembre 2020, «le sujet de l’accord Tema n’a pas été abordé lors de la campagne».

«Les deux hommes ont semblé observer un pacte de silence sur cette affaire et plusieurs autres allégations de mauvaise gouvernance et de corruption. Akufo-Addo a remporté de justesse l’élection (AC Vol 61 No 25). C’est l’histoire de la façon dont l’accord a pris forme, et de la façon dont une riposte au sein du ministère des Transports et de la centrale nucléaire contre l’accord MPS a finalement été annulée, et la capacité légendaire de Vincent Bolloré à s’adapter au changement politique s’est affirmée  », a-t-il ajouté.

Bolloré a été accusé de diriger un monopole portuaire en Afrique de l’Ouest car son entreprise est liée à la gestion de 18 ports dans la sous-région.

Le rapport a comparé la concession de Bolloré du port du Ghana à celle qu’il a remportée pour ses opérations au port de Lomé, au Togo, en échange du financement de la réélection du président du pays, Faure Gnassingbà ©, en 2010.

«Le 26 février de cette année, Bolloré et deux de ses collègues dirigeants ont admis, dans une négociation de plaidoyer, avoir soudoyé le président togolais en échange de faveurs au port, et ont été condamnés à une amende de 375 000 euros chacun. La société de Bolloré a payé une amende de 12 millions d’euros (voir Box, Bolloré – un monopole dans chaque port). Le juge a été tellement choqué par ce qu’ils avaient fait au Togo qu’elle a rejeté les détails de la négociation de plaidoyer et a ordonné un procès des dirigeants », a ajouté le rapport.

Cliquez ici pour voir le rapport complet (En Anglais)

 

Laisser un commentaire