in

Une vendeuse de rue sénégalaise a vaincu l’adversité en nourrissant sa communauté

Salimata Diatta, qui devait reprendre les moyens de subsistance de sa famille parce que son mari l’a laissée au Sénégal, se lève tous les jours à 4 heures du matin et vend 12 sortes de nourriture qu’elle prépare au comptoir de la rue et s’occupe de ses 3 enfants .

Diatta, 50 ans, qui vit à Guediawaye, l’une des banlieues les plus pauvres de la capitale, Dakar, vend depuis huit ans la nourriture qu’elle prépare chez elle à son comptoir du quartier Hamo 6.

Diatta a raconté au journaliste des AA, qui en a été témoin une fois, comment il a lancé l’entreprise, ses objectifs et sa lutte.

Déclarant qu’elle a appris à cuisiner de sa grand-mère, Diatta a déclaré qu’après avoir occupé divers emplois pendant un certain temps, elle a commencé à cuisiner et à vendre de la nourriture il y a huit ans.

Diatta a déclaré: «Je me réveille à 04h00 du matin, je prépare 12 sortes de chips au repas de lentilles. À 07h00, je commence à vendre la nourriture à mon comptoir dans le coin. »Mentionné.

Diatta a déclaré que les gens sur le chemin du travail et de l’école le matin étaient sûrs de s’arrêter au comptoir, et que la plupart des repas étaient terminés à 11 heures du matin et qu’il rentrerait chez lui à midi et se préparerait pour le travail le soir.

– «Les clients viennent à ma porte quand je ne peux pas aller travailler»

Diatta, qui a quitté son mari il y a huit ans, a souligné qu’elle subvenait aux besoins du ménage et a déclaré: «Mon travail est dur mais je le fais avec beaucoup de tendresse. J’ai trois enfants . Je dois leur apprendre. Il n’y a pas de revenus sauf grâce à ce travail, nous sommes nourris et je paie mon loyer. Nous n’avons besoin de personne. «dit-il.

Diatta a souligné qu’il ne facturait aucun frais aux étudiants de la madrasa, qu’il faisait des ventes à crédit à ceux qui ne sont pas en bon état et qu’il distribuait tous les repas à titre caritatif le vendredi.

Disant qu’il ne veut pas que ses enfants travaillent dans un tel travail, Diatta a déclaré: «Quand je tombe malade et que je ne peux pas aller travailler, les gens du quartier se demandent pourquoi je ne suis pas venu à ma porte. Nous sommes devenus amis avec la plupart de mes clients, nous sommes même comme une famille. Mon plus grand objectif est que mes enfants étudient et trouvent un emploi décent. Je ne me plains pas de mon état. J’aime la vie, mais laissez-les accomplir plus. Je ne veux rien d’autre. »a utilisé les phrases.

– «Mon conseil aux femmes est de gagner leur propre argent»

Déclarant qu’il a commencé à travailler presque à un jeune âge, Diatta a continué comme suit:

«J’ai 50 ans, je travaillerai aussi longtemps que je vivrai. Mon conseil aux femmes est de gagner leur propre argent. Ma femme m’a quitté pour épouser une autre femme. J’étais seule avec trois enfants. Dieu merci, j’ai travaillé, j’ai gagné. Je n’ai plus peur de rien. On ne sait pas ce que la vie m’apportera. «Vous aurez confiance en vous. Comment pourrais-je m’occuper de mes enfants si je ne travaillais pas? Par conséquent, je recommande à toutes les femmes de le faire. quels que soient leurs moyens. â €

L’un des clients de Diatta, Ibou Kouyate, 37 ans, a déclaré: «C’est une femme vraiment inspirante. Comme notre mère, notre sœur. Nous sommes reconnaissants de ce qu’elle a fait. Elle se bat pour sa famille et aide tous ceux qui ont besoin de quoi que ce soit. De plus, la nourriture est délicieuse. Avec ses repas. «

 

 

 

Laisser un commentaire