Les startups africaines présentent leurs innovations à Vivatech 2021

Les startups africaines présentent leurs innovations à Vivatech 2021 1

Vivatech, la plaque tournante de la technologie est de retour. Depuis mercredi 16 juin et pendant 4 jours, les innovations internationales les plus prometteuses étaient présentées à la Porte de Versailles à Paris.

L’Afrique a également fait le déplacement, représentée par la RDC. C’était le souhait du co-fondateur de VIVATECH et d’origine marocaine Maurice Levy.

« Il y a toujours eu une forme d’exploitation, voire de mépris, un côté un peu hautain quand il s’agit de l’ Afrique , et nous ne nous intéressons qu’à l’exploitation de ses ressources. Et je me suis dit qu’il y a encore des innovations, de l’intelligence, du talent, des gens de qualité. Il est absolument nécessaire de les promouvoir. La technologie est quelque chose de multicolore, qui est la représentation du monde et de cette énergie qui se répand partout et crée des emplois, crée de la richesse, eh bien, elle existe en Afrique aussi bien qu’en Europe ou ailleurs », a déclaré Levy à la rédactrice en chef d’Africanews Bridget Ugwe.

Les startups africaines présentent leurs innovations à Vivatech 2021 3

Son avis était partagé par Eberand Kolongele, le ministre de la Numérisation de la RD Congo. Pour lui, les solutions aux problèmes congolais viendront du peuple congolais.

« Pour changer de paradigme, il faut utiliser les moyens qui permettent d’en capter le maximum. Et c’est là que nous avons deux plateformes comme Codinet, et plusieurs autres, qui ont trouvé, développé des solutions de collecte adaptées à nos réalités. Ils connaissent les difficultés de nos quartiers et ils connaissent les difficultés de nos entreprises. Ils savent entrer en contact avec les entreprises, avec les citoyens pour pouvoir récupérer et rapporter. Et soyez assurés que là où nous avons commencé des solutions, eh bien, nous avons vraiment beaucoup avancé », a déclaré Kolongele.

Cette startup a également trouvé une manière innovante de traiter le problème des kidnappings, qui devient de plus en plus fréquent dans les taxis de la capitale, Kinshasa.

« Nous avons réussi à obtenir un contrat avec la mairie de Kinshasa pour identifier l’ensemble du parc de taxis de la ville de Kinshasa, qui est déclaré à 60 000 taxis. Et ainsi sur tous ces taxis nous plaçons des petits QR codes qui permettront aux utilisateurs finaux, en téléchargeant l’application Hoja Taxi sur le PlayStore, d’auto-vérifier le taxi en scannant un QR code et d’obtenir des informations telles que la photo du conducteur, la photo du véhicule , le nom du conducteur. À la fin, ils peuvent valider leur trajet, ils peuvent confirmer qu’ils sont sortis de la cabine et ils peuvent également signaler un problème s’il y a une incohérence entre ce qu’ils voient sur leur téléphone et ce qu’ils ont devant eux », a déclaré Ursula Ndombele, co-fondatrice de  »Hoja ».

Depuis sa création en 2019, Hoja a déjà certifié 13 000 taxis kinois, sur une flotte de 60 000.

Le tout avec le soutien du président Félix Tshisekedi qui a salué l’initiative.

A terme, la start-up ambitionne d’adapter son modèle à d’autres mégapoles africaines comme Lagos au Nigeria ou Dakar, la capitale sénégalaise.

Laisser un commentaire